Un bâtiment intelligent garantit la gestion automatique des installations et des systèmes avec une attention particulière à la surveillance des environnements internes en vue d’économiser l’énergie et d’assurer la sécurité des personnes. Les nouvelles technologies permettent le suivi, le contrôle et la régulation des variables qui déterminent le fonctionnement optimal des systèmes, les logements neufs sont plus susceptibles d’avoie ce type de technologie.

Les éléments clés d’un bâtiment intelligent

Il existe quatre éléments clés d’un bâtiment intelligent :

– les dispositifs et solutions de construction (les systèmes et technologies qui assurent la sécurité des occupants et l’efficacité énergétique) ;

– les technologies d’automatisation (les capteurs connectés aux systèmes, destinés à collecter des données) ;

– les plates-formes de contrôle et de gestion (l’ensemble des systèmes logiciels qui utilisent les données acquises par les capteurs installés sur les systèmes) ;

– la connectivité (l’ensemble des protocoles de communication, sans fil ou câblés, qui permettent de communiquer).

La priorité des bâtiments intelligents

La priorité à laquelle répondent les bâtiments intelligents est liée à la performance énergétique dans les bâtiments. Elle commence par la nécessité de réduire considérablement l’impact des bâtiments, qui sont responsables d’environ 40 % de la consommation d’énergie, que ce soit en Europe ou aux États-Unis. Les bâtiments à forte consommation d’énergie sont également de gros générateurs d’émissions de gaz à effet de serre. Ce qui se passe dans le monde, avec le changement climatique, implique la nécessité de trouver des alternatives plus écologiques dans le secteur du bâtiment.

Cela conduit à la volonté de miser non seulement sur une réduction de la consommation énergétique, en utilisant des matériaux et des solutions de construction qui visent l’efficacité énergétique des bâtiments, mais aussi de gérer et de produire de l’énergie à partir de sources d’énergie renouvelables. L’utilisation intelligente de l’énergie est peut-être le point central, celui qui encourage le plus la création de bâtiments intelligents, en particulier pour un usage commercial, afin que l’efficacité énergétique puisse être entièrement gérée grâce à la numérisation des bâtiments.

Efficacité énergétique dans les bâtiments

La première raison pour laquelle les bâtiments intelligents sont nés est liée à l’efficacité énergétique. L’objectif est de réduire autant que possible la consommation d’énergie dans les bâtiments. Le potentiel de réduction de la demande mondiale d’énergie pour les bâtiments d’ici 2040 est estimé à 40%. Les économies d’énergie liées au chauffage représentent déjà plus d’un quart du potentiel. Ajoutez à cela la consommation pour la climatisation des locaux et les réductions qui peuvent être obtenues par une meilleure gestion.

Grâce aux bâtiments intelligents, capables de contrôler l’énergie utilisée pour l’éclairage, les systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation, il est possible de faire preuve d’efficacité grâce à un indicateur qui révèle quand interrompre ou activer l’approvisionnement en énergie dans un espace utilisé ou non. Selon certains calculs de la Commission européenne, une réduction d’au moins 5 à 6 % de la consommation dans l’UE pourrait être obtenue grâce à l’efficacité énergétique des bâtiments.

Avantages d’un bâtiment intelligent

En ce qui concerne les avantages des bâtiments intelligents, on peut distinguer deux catégories différentes :

– Les avantages concrets, c’est-à-dire quantifiables en termes monétaires : les plus connus sont les économies d’énergie, l’optimisation de la productivité, la maintenance prédictive, l’augmentation de la valeur du bien.

– Les avantages indirects, qui ont principalement trait à l’amélioration des conditions sociales et environnementales des occupants (durabilité environnementale, sécurité, confort, télégestion, télécommande, interopérabilité).

En ce qui concerne plus particulièrement le domaine de l’énergie, un bâtiment intelligent permet de bénéficier de toute une série de services avancés :

– Détection et contrôle à distance des paramètres environnementaux (humidité, température, etc.) ;

– Activation et arrêt à distance des appareils ;

– Modulation des charges en fonction des conditions du réseau et des prix de l’énergie ;

– Régulation automatique des installations ;

– Gestion et surveillance des émissions.

Une évolution qui vient de loin

Le concept d’automatisation des bâtiments n’est pas nouveau. Il était déjà mentionné en 1880, lorsque le premier thermostat a été inventé. La construction intelligente a vu le jour plus tard, lorsque les premiers ordinateurs ont été introduits pour faciliter la surveillance et le contrôle des systèmes dans les bâtiments. Mais c’est avec l’avènement des nouvelles technologies et la diffusion simultanée des systèmes de stockage et d’analyse des données que le concept commence à prendre forme. Un bâtiment dont les systèmes sont gérés de manière intelligente et automatisée, par le biais d’une infrastructure de supervision et de contrôle, pour optimiser la consommation d’énergie, le confort et la sécurité, en assurant l’intégration avec le système électrique.