Une hausse considérable de la facture d’eau est l’alerte ultime qui signale la présence d’un dysfonctionnement dans les canalisations, notamment d’une fuite certaine. Bien qu’aucune humidité apparente ne soit décelée, une telle situation ne doit jamais être négligée compte tenu de l’importance des dégâts pouvant être provoqués. Le système de canalisation s’imbrique parfois pour constituer les réseaux et est installé sous les bâtiments. La prise en charge des infrastructures défaillantes passe inexorablement par la localisation de la fuite, qui est suivie par la réparation des tuyaux endommagés. Une telle intervention ne peut se faire qu’avec l’expertise d’un professionnel qui a pignon sur rue et qui dispose des équipements adéquats. Effectivement, la technicité de l’intervention et la complexité des réseaux de canalisations ne permettent pas à tout le monde de prendre en charge une fuite enterrée.

Une bonne connaissance des réseaux de canalisation

Le repérage d’une fuite d’eau enterrée relève de la compétence et du savoir-faire des plombiers de proximité. Les professionnels œuvrant dans la ville ont de l’expérience dans le domaine et connaissent assez bien les réseaux de canalisations. Effectivement, l’intéressé doit savoir par où passent exactement les tuyaux, pour être en mesure d’entamer les recherches. Outre la maîtrise du tracé des canalisations, ce professionnel connaît également leur état et, par la même occasion, est à même d’identifier d’ores et déjà la source de la fuite. Les parties les plus vulnérables du système sont souvent les plus exposées au perçage et aux autres altérations. En confiant cette recherche à un artisan qualifié qui maîtrise bien la situation, les usagers n’ont plus à se demander comment détecter une fuite d’eau sur une canalisation enterrée. En plus de leur connaissance des lieux, ces professionnels utilisent des outils qui leur permettent d’agir avec efficacité, comme le gaz traceur pour recherche de fuite par exemple.

Les techniques utilisées pour détecter une fuite d’eau enterrée

Le recours à des techniques et des outils spécifiques est incontournable pour repérer ce genre de fuite. La technique du gaz traceur est l’une des plus efficaces, donnant des résultats précis. Même les micro-fuites peuvent être repérées. Un mélange d’hydrogène et d’azote est introduit sous pression dans les canalisations. Il s’échappe à travers les parois percées et remonte à la surface. À l’aide d’une sonde aspiratrice, le plombier peut identifier l’endroit exact où il y a la fuite. Cette technique est efficace pour les infrastructures en PVC et en métal.

L’utilisation de fluorescéine est un procédé permettant de détecter la fuite d’eau enterrée. Cette méthode non destructive est souvent exploitée par les entreprises spécialisées. Son principe consiste à colorer l’eau en cas de fuite.

L’électroacoustique est l’autre technique utilisé pour rechercher une fuite d’eau enterrée. Le procédé consiste à enregistrer le son de la canalisation, qui doit être uniforme lorsque le système est en bon état et qu’il n’y ait aucun perçage. La vitesse de l’onde propagée reste constante, raison pour laquelle le bruit émis ne varie pas. En revanche, une dissonance occasionnée par une variation de vitesse équivaut à une fuite dans la canalisation. La localisation exacte de la séquence endommagée se fait à l’aide d’un appareil spécifique qui permet d’entendre les ultrasons émis par une fuite d’eau. L’amplification de la résonance indique la localisation exacte de la partie altérée. Cette technique ne convient pas aux canalisations en PVC car cette matière a une très faible résonance.

Caractère urgent de la fuite d’eau enterrée

La détection de fuite par gaz traceur ou par d’autres méthodes ne doit pas être prise avec insouciance car les conséquences peuvent être lourdes. Elle devient même urgente pour que la réparation puisse s’effectuer dans les meilleurs délais. Un tel dégât des eaux est à l’origine d’une augmentation de la facture d’eau, des risques d’effondrement suite à l’affaissement du sol et aux fissures des structures, de la formation de moisissure et d’humidité sur les parois qui nuisent au bien-être des occupants et à leur santé.