Cela fait des années que vous envisagez de rénover votre maison. Mais le projet vous semble un peu plus titanesque d’année en année, vous ne savez pas quel bout commencer les travaux et vous ne savez pas vers quelle boîte ou quel artisan se tourner. Voici cinq conseils pour préparer les travaux de réaménagement ou d’embellissement de votre habitation.

Travaux de rénovation: déterminez les chantiers prioritaires

C’est la première recommandation, si vous souhaiter restaurer votre lieu de vie. Passez chaque pièce et parcelle de votre appartement en revue, afin de déterminer les travaux à engager. Les travaux sont de diverses formes: peut-être souhaitez-vous réaménager ou agrandir les pièces, ajouter un étage, ou bien assurer une mise aux normes de l’habitation ? L’aide d’un professionnel ou d’une entreprise générale du bâtiment est souvent salutaire quand il faut démarrer des travaux importants. En effet, certains projets peuvent cacher des actions préalables ou supplémentaires comme remplacer la toiture, revoir l’isolation thermique, équiper les fenêtres, ou rénover les réseaux électriques etc. Ce sont des points qui peuvent facilement échapper à un regard novice. Mieux vaut s’en tenir à l’avis d’un professionnel habitué à mener des chantiers de réaménagement ou de construction, pour vous conseiller sur les points prioritaires à traiter. L’intervention d’un entrepreneur spécialisé a ainsi l’avantage de vous fournir un devis réaliste de votre projet : le coût et la portée des travaux. Au besoin, si vous devez vous adresser à un artisan, la boîte saura vous recommander des professionnels de votre région.

Plan local d’urbanisme: assurez-vous d’être en adéquation avec la loi

Deuxième recommandation: toujours vérifier les dispositions du plan local d’urbanisme. En effet, il est impératif de vérifier que la nature des travaux envisagés soit en adéquation avec le plan local d’urbanisme. C’est un document qui organise le cadre juridique et réglementaire de tous les chantiers et les projets immobiliers réalisés dans la commune. Le plan local d’urbanisme touche des détails de votre habitation qui peut vous obliger à modifier votre projet. Par exemple, il réglemente l’aspect extérieur du bâtiment, l’inclination du toit, la hauteur maximale de votre bâtiment, l’aspect de la façade qui fait face à la rue, les couleurs des portes et fenêtres. Il édicte aussi des détails techniques comme le coefficient d’occupation des sols. Ces règles ont pour but d’harmoniser le développement urbain de chaque commune: les styles d’architecture et l’impact d’un projet immobilier sur l’environnement, pour ne citer que ces critères. Pour vous assurer d’être en adéquation avec la loi et avoir le cœur net quant à la faisabilité des travaux projetés, faites appel au service d’une entreprise du bâtiment. Car l’avantage de faire appel à un professionnel, c’est de pouvoir se décharger des aspects techniques de votre projet.

Modification, transformation, réaménagement: déclarez les travaux à réaliser

Troisième recommandation: déclarez les travaux et obtenez le permis et l’autorisation nécessaires. Si votre projet consiste à modifier l’aspect extérieur de votre résidence, il est impératif d’en faire la déclaration auprès de votre mairie et d’obtenir les autorisations relatives à ces travaux. En effet, tous chantiers d’aménagement, d’amélioration, d’extension ou de construction de votre maison doivent être validés par une autorisation émise par les responsables de votre mairie. En général, le propriétaire particulier doit faire une déclaration préalable et obtenir un permis de construire ou bien une autorisation officielle. Dans le cas d’un réaménagement de votre maison, ces travaux ci-après nécessitent de faire une déclaration préalable: toute modification la façade extérieure comme l’ouverture d’une fenêtre ou la transformation d’une fenêtre en porte ; la pose d’une fenêtre sur le toit ; le ravalement, le nettoyage ou le changement de couleur des murs extérieurs ; la transformation d’un un local commercial en appartement si la structure n’est pas modifiée.

Extension, surélévation ou transformation d’un local : ayez un permis de construire

Quatrième recommandation: rendez-vous d’avoir un permis de construire pour les travaux qui l’exigent. Car en plus de la déclaration, certains types de travaux exigent ce document : extension ou surélévation dans les limites édictées par le plan local d’urbanisme ; aménagement d’un studio ou d’une pièce dans les combles ou dans un garage. Si vous pensez convertir un local commercial en logement en engageant des travaux sur la structure, vous devez avoir un permis de construire. A l’issue des travaux, si l’emprise au sol est supérieure à 150m², un architecte doit obligatoirement être inclus dans le circuit de la réhabilitation ou de la construction. Ces exemples ne sont pas exhaustifs: il est alors fortement conseillé de se documenter avant d’engager votre chantier. En tout état de cause, faites intervenir une boite spécialisée dans le bâtiment afin de bénéficier d’un service professionnel et rigoureusement respectueux des règlements.

Primes et subventions: financez les travaux de rénovation de votre résidence

Cinquième recommandation : identifier un financement adapté à votre projet. Les réparations peuvent en effet avoir un certain coût, il est toujours préférable d’anticiper les financements potentiels. Apport personnel, prêt bancaire ou autres aides de l’État: vous avez plusieurs moyens à votre disposition pour disposer du budget nécessaire. Par exemple, si votre projet concerne l’amélioration de la performance énergétique de votre logement, vous avez le droit de demander un crédit d’impôt développement durable, un éco-prêt à taux zéro, ou bien une prime à l’éco-rénovation. D’ailleurs, que vous soyez propriétaire ou locataire, vous avez droit de profiter d’une TVA à 5,5 %, si vous engagez des travaux qui amélioreront la qualité énergétique de votre appartement. A condition, cependant que ce logement ait plus de deux ans. Des subventions vous sont pareillement proposées si vous décidez d’adapter votre logement afin de le rendre plus accessible aux personnes handicapées ou en mobilité réduite. Autre possibilité : faites des recherches de financement au niveau de l’agence nationale de l’habitat (ANAH). Par exemple, l’ANAH propose une prime pour que les propriétaires ayant des petits revenus puissent financer l’amélioration de leur logement, si ce dernier a plus de deux ans. En résumé, il y a tout un panel de possibilités de financement, afin de vous soulager des coûts de votre projet immobilier.